Ce soir-là, je devais dîner chez mon frère…

lois lol.png

 

Quand quelqu’un de ton entourage apprend qu’un produit qu’il pensait végétalien est en fait végétarien (voire contient de la viande).

(Généralement, dans ce genre de cas, on me demande si pour une fois, je ne peux pas faire UNE exception. Après tout, ce n’est que de la poudre de lait, pas de la viande, n’est-ce pas 🙂 ? LOL.)

Eh oui, qui dit végétal ne veut pas nécessairement dire végétalien !

La plupart du temps, les produits dits végétaux sont généralement végétariens. Il faut TOUJOURS vérifier les étiquettes. Au début c’est chiant, on n’y pense pas toujours… On arrive à la maison, les bras chargés de course et là seulement on se rappelle de lire les étiquettes…

Et puis on apprend ; retourner le produit pour examiner l’étiquette devient un réflexe, apprendre à tout de suite repérer les mots « lait » et « oeuf » devient facile, commencer à se faire une liste de marques et/ou de produits qui ne sont pas végétaliens devient la base. Apprendre que peu de marques de chips sont végétaliennes (voire véganes si on boycotte l’utilisation de l’huile de palme), demander au serveur d’un restaurant non-vg si la sauce du plat est faite maison ou industrielle, puis demander à voir la boîte pour en vérifier les ingrédients (et au passage ne pas s’énerver devant les remarques des gens avec qui on est « olala mais tu exagères », « oula, tu es vraiment extrêmiste », etc.). Se rendre compte que 99% des biscuits vendus en magasin contiennent de la poudre de lait, et/ou des oeufs, et penser qu’on ne va plus rien pouvoir manger…

Pour au final redécouvrir la nourriture, réapprendre à savourer des textures et des goûts différents, avoir des orgasmes culinaires et vouloir ne plus rien manger d’autre que cet aliment extraordinaire qu’on a en bouche et qui met en éveil toutes nos papilles gustatives. Se mettre à la cuisine et réaliser ses premiers bounty, snickers, oréos et mars maison, comprendre que ne plus pouvoir manger de produits industriels n’est pas si grave et que c’est même un + pour la santé (voire pour le porte-monnaie).

Et enfin, apprendre à son entourage comment repérer les produits qui ne sont pas végétaliens 😀

Publicités

6 réflexions sur “Ce soir-là, je devais dîner chez mon frère…

  1. Darkrevette Blog dit :

    Perso si je devais éliminer autant de choses de mon alimentation j’amènerais moi-même à manger si je suis invitée chez quelqu’un. Ca devient un peu complexe et prise de tête arrivé à un certain point. Non pas que je ne respecte pas, au contraire, mais pour l’entourage qui veut bien faire c’est pas facile de suivre. On peut comprendre qu’ils soient perdus voire embarrassés de ne pas savoir quoi te donner à manger. J’ai déjà vu mes beaux parents ou ma mère se casser la tête avec moi quand ils m’invitaient, à chercher des trucs sorti de nulle part pour être sûre que je ne meurs pas de faim, etc… c’est mignon mais ça m’embête de les voir limite « paniqués » xD
    Tout ça pour dire que ton pauvre frère pensait surement bien faire lol.

    J'aime

    • Mikachu dit :

      A la base, je fais comme toi ! Quand on m’invite, j’apporte toujours quelque chose que j’ai fait, pour éviter de cause trop de désagréments aux gens, mais bon, là je vivais chez mon frère depuis une semaine, donc c’était pas grave, il y avait des trucs dans le frigo pour moi, puis je revenais d’une visite d’un Monde Vegan donc j’avais du fromage vg pour moi :3

      D’un autre côté, en voulant me faire plaisir (enfin bon, que avec des trucs achetés, pas cuisinés, notons bien xD), il a quand même appris qu’il fallait vérifier les étiquettes, donc c’est déjà quelque chose de gagné ^^

      J'aime

  2. Clémentine dit :

    je ne suis pas végétarienne ni végétalienne, je mange de tout, mais j’épluche toutes les étiquettes quand je fais des courses pour chasser tous les additifs éventuels qui n’ont rien à faire là…
    J’achète ma viande chez le boucher (chacun ses convictions ^^), mes légumes sur le marché à un petit producteur local (ou dans le jardin directement !), les produits laitiers dans une crémerie-fromagerie proche de chez moi.
    Je n’achète aucun produits transformés, je cuisine tout moi même (et j’abuse du congélateur pour préparer à l’avance pour les soirs de flemme).
    Comme quoi il n’y a pas besoin d’être vegan/vegelatien/vegatarien pour faire attention aux étiquettes mais malheureusement, je suis d’accord avec toi, trop peu de gens le font aujourd’hui 😦

    J'aime

    • Mikachu dit :

      Salut Clémentine 🙂

      J’approuve ton commentaire, mais je voulais juste te dire que si devenir végane, c’est un choix en accord avec nos conditions, ce n’est malheureusement pas le cas du contraire.

      Est ce que tu es vraiment en train de dire que « manger de la viande » c’est une conviction ? Je ne cherche pas la bagarre, mais à un moment, faut arrêter de chercher des excuses (tu manges de la viande parce que tu aimes ça, pas parce que c’est ta conviction) et se poser vraiment les bonnes questions…

      Mais sinon oui, la société de consommation a fait que les gens se demandent même plus ce qu’ils mettent dans leur bouche, dans leur corps… C’est vrai que se renseigner sur les aliments, au début ça peut être chiant, mais au final, on apprend vite à reconnaître les produits à éviter, donc c’est un + pour la santé à long terme ^^

      J'aime

  3. Thomas Sheldon Cooper dit :

    Pour ma part devenir vegan, m’a fait découvrir qu’en faites 95% des choses vendues dans les grandes surfaces, sont pas vegans, que la plupart ont soit des additifs en plus, des autres produits douteux, la plupart sont également made in Monsanto (Bayer) donc au final que 95% des produits sont de la merde.
    Résultat, je mange moins mais de bien meilleur qualité (bio, j’essaye au max d’acheter français, en tout cas pas plus loin que les pays limitrophes), je mange moins sucré, moins gras, je me suis mis à cuisiner, j’ai perdu 10 kg, j’ai repris en muscle après sans faire d’effort, je m’endors mieux, je suis moins essoufflé, j’ai un meilleur teint, plus les douleurs articulaires que j’avais aux poignets, plus joyeux,…etc, le seul moins, ça a été de régler mon alimentation pour ne pas manquer de protéine mais bon je partais à zéro, normal qu’il y est eu des erreurs mais en écoutant mon corps, j’ai vite redressé la barre. Contrairement à ce qui est souvent dit, ça me coûte moins cher.
    Mon seul regret de ne pas avoir été vegan avant.

    Aimé par 1 personne

  4. Mikachu dit :

    Tout pareil que toi, j’ai retrouvé une meilleure qualité de vie en devenant végane 🙂 Un seul point noir : j’ai pas mal abusé de hummous, avocat, beurre de coco et fromage végane pendant un moment, donc j’ai pris quelques kilos, mais bon, avec un peu de sport, ce sera vite rentré dans l’ordre !

    Un truc de bien quand on découvre que 95% des produits en supermarché sont de la merde, c’est que d’un coup notre temps de course de réduit ! On sait direct ce qu’on veut, pas besoin de passer des heures dans le supermarché, et on se laisse moins facilement tenter par des trucs pas sains. .

    Mon seul regret dans tout ça, comme toi, c’est également de pas l’être devenue plus tôt. J’ai commencé la transition en octobre 2015 car une de mes amies étaient aussi en transition et partageaient souvent des vidéos de L214, mais j’aurais souhaité savoir tout cela beaucoup plus tôt. Enfin bon, maintenant c’est à nous d’ouvrir les yeux aux autres, avant qu’ils ne le regrettent aussi 🙂

    J'aime

Un mot à dire :) ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s